Juliette Dignat | Conservatrice-restauratrice du patrimoine - La Forge
L'art subtil de créer son activité sans créer sa boîte.
CAE, Coopérative d'activité et d'emploi, Yvelines, Ile-de-France, portage salarial, accompagnement, création de projet
18110
page-template-default,page,page-id-18110,qode-listing-1.0.1,qode-social-login-1.0,qode-news-1.0,qode-quick-links-1.0,qode-restaurant-1.0,ajax_leftright,page_not_loaded,,vertical_menu_enabled,qode-title-hidden,side_area_uncovered_from_content,footer_responsive_adv,qode-theme-ver-17.2,qode-theme-bridge,qode_header_in_grid,bridge,wpb-js-composer js-comp-ver-5.6,vc_responsive

Juliette Dignat

Conservatrice-restauratrice du patrimoine

Je m’appelle Juliette Dignat et je suis Conservatrice-restauratrice du patrimoine.
Le conservateur-restaurateur est plus souvent connu pour ses interventions dans les églises ou les archives mais ce métier recouvre de nombreuses spécialités. Ainsi, après avoir effectué des stages au cours desquels j’ai pu aborder diverses époques et matériaux, j’ai suivi mon intérêt pour les objet modernes et contemporains. Ces créations impliquent parfois des matériaux et des mises en œuvre qui n’ont pas été pensés pour durer, j’ai par exemple été confrontée à des aliments mais aussi des animaux conservés dans une résine.
Il s’agit d’assurer la stabilité des matériaux et d’améliorer la lisibilité des objets pour les transmettre aux générations futures. En effet, les interventions peuvent aussi bien concerner des collections particulières que du patrimoine national sur lequel nous sommes habilités à intervenir grâce à quatre formations reconnues en France. Pour ma part, il s’agit d’un master obtenu à l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne.
Je suis à La FORGE depuis 3 ans.
Engagée dans des projets locaux et collectifs depuis longtemps, au moment d’entrer dans la vie professionnelle, j’ai cherché un modèle politique et économique en accord avec ces valeurs. Mon métier étant le plus souvent exercé par des indépendants en profession libérale, le système coopératif et notamment la CAE s’est avéré intéressant.
La naissance de La Forge dans mon département constituait alors une belle opportunité. En effet, je voulais éviter de créer et gérer une nouvelle entreprise afin de pouvoir me concentrer sur mon métier mais aussi évoluer au sein d’un groupe, source d’émulation et d’ enrichissement.
Par ailleurs, les membres de La Forge, évoluant chacun dans des domaines et à des rythmes différents, rencontrent les mêmes doutes, les mêmes obstacles, les mêmes aspirations et il est bon de pouvoir échanger à propos de ces sujets. Le collectif existe donc, il va même se renforcer avec prochainement de nouveaux entrepreneurs associés, favorisant une plus grande horizontalité dans notre organisation.

JULIETTE